Nouvelles

29,5 millions pour les terrains sportifs de Montréal
publié le 03.4.2019

De PIERRE-ANDRÉ NORMANDIN, La Presse

Des terrains sportifs trop peu nombreux et souvent en mauvais état : Montréal met sur pied un programme de 29,5 millions afin d'améliorer ses surfaces de jeu. Qui sait, un terrain de quidditch digne de l'univers de Harry Potter pourrait même voir le jour, car la Ville dit vouloir encourager les « sports émergents ».

La Ville de Montréal a évalué il y a un an l'état de ses terrains sportifs, constatant que les 1500 surfaces de jeu de l'île se détérioraient rapidement. Plusieurs surfaces sont surutilisées en raison du manque d'espaces où organiser des parties. L'administration Plante a donc décidé de créer le Programme des installations sportives extérieures (PISE) afin de financer la rénovation des terrains existants et l'ajout de nouveaux plateaux.

Bien que la gestion des parcs relève des arrondissements, la ville-centre se dit prête à payer 80 % du coût des travaux pour aménager de nouveaux plateaux ou rénover ceux existants. Devant l'ampleur des besoins, Montréal estime en effet que les administrations locales n'auront pas les moyens financiers d'y parvenir seules.

Les arrondissements ont jusqu'à la mi-avril pour soumettre des projets afin de rénover des terrains existants ou d'en aménager de nouveaux. Un comité évaluera les projets ce printemps afin de lancer les travaux le plus rapidement possible. Le comité de sélection tiendra compte de l'âge des installations, des secteurs en manque de terrains, de l'amélioration aux quartiers que ces aménagements pourraient entraîner. Parmi les conditions à son financement, la Ville demande que les terrains soient exclusivement destinés à la pratique sportive pour au moins 10 ans.

« C'est une bonne nouvelle qu'ils puissent investir, construire des nouveaux terrains », a réagi André Dalpé, directeur des compétitions à Soccer Concordia. L'organisation chapeautant les clubs de neuf arrondissements note que les terrains actuels sont très sollicités. Les besoins sont en effet particulièrement importants pour le soccer, sport organisé le plus populaire dans l'île. Les 353 terrains en service ne répondent pas à la demande et sont surutilisés, ce qui accélère leur dégradation. À peine 38 % d'entre eux étaient jugés en « bon état ».

Sports émergents

Montréal veut non seulement profiter de ce programme pour améliorer les terrains des sports les plus populaires, comme le soccer et le baseball, elle veut aussi encourager l'ajout de surfaces pour les « sports émergents ». « Le cricket, le rugby, l'ultimate frisbee, ce sont des plateaux qui pourraient être financés. On va inciter les arrondissements à bien évaluer les besoins », dit Hadrien Parizeau, élu responsable des sports et loisirs au sein de l'administration Plante. Un arrondissement pourrait se doter d'un terrain de quidditch, ce sport inspiré de l'univers de Harry Potter. La Ville avait pris note de la popularité de cette discipline lors de sa révision de l'état des terrains sportifs.

Compte tenu de l'ampleur des besoins établis, l'administration reconnaît que les 30 millions sur trois ans pourraient être insuffisants. « C'est une première phase, on va faire un bilan à la première et à la troisième année, on va voir si on doit bonifier l'enveloppe. En même temps, les ressources financières ne sont pas illimitées », dit Hadrien Parizeau.